top of page
  • Photo du rédacteurJames

Asimina triloba (L.) Dunal - Annonaceae

Dernière mise à jour : 1 nov. 2023

Période phare de l'année dans les parcs et jardins, l'automne fascine toujours autant avec ses couleurs flamboyantes, ses champignons et surtout ses nombreux fruits, qui font le bonheur de tous. Loin du tumulte occasionné par les pommes, poires, raisins et autres châtaignes, certains fruits sont tombés dans l'oubli. Cette plante du mois d'octobre sera l'occasion de mettre à l'honneur l'Asimina triloba, un arbuste des plus curieux et peu connu, originaire du Sud-est des États-Unis. Les américains appellent son fruit comestible "paw-paw", à ne pas confondre avec la papaye que l'on trouve également sous ce nom.

La famille des Annonaceae est réputée pour ses plantes tropicales à fruits comestibles, les plus connus étant la chérimole (Annona cherimola), la corossol (Annona muricata), l'anone coeur de boeuf (Annona reticulata) et enfin la pomme cannelle (Annona squamosa). L'Asimina triloba est le seul membre des Annonaceae capable de pousser hors des tropiques. Il est même capable de résister à des températures pouvant atteindre -25°C. Il est donc possible de le cultiver partout en France.

Sa floraison apparait avant les feuilles, de mi-avril à début mai, à partir de petits bourgeons marrons et velus. Elle est assez inhabituelle, assez discrète, mais magnifique dès qu'on s'en approche. En effet, ses pétales sont d'abord vert pomme puis rouge sombre avec de nombreuses nervures imprimées rappelant celles d'une feuille. Les fleurs se forment sur le bois de l'année précédente, soutenues par un cours pédoncule recouvert de poils pourpres. Les sépales verdâtres sont eux aussi recouverts de ces mêmes poils. Comme chez les magnolias, la fleur a d'abord un stade femelle puis un stade mâle. Ce phénomène empêche l'autofécondation. Il est donc très facile, à l'aide d'un pinceau, de polliniser les fleurs manuellement, en prélevant le pollen sur un spécimen génétiquement différent.


Stade femelle Stade mâle


Les premières feuilles apparaissent courant mai et certaines peuvent atteindre 30 cm de long. Ses grandes feuilles retombantes donnent un aspect exotique indéniable à cet arbuste peu courant qui, de plus, prennent une belle teinte jaune en automne.

Outre ses fleurs et son feuillage, ce sont surtout ses fruits qui sont intéressants. Ils commencent à se former fin mai ou début juin et vont se développer jusqu'en automne. Certains d'entre eux peuvent atteindre 10 à 12 cm de long, réunis en bouquets de 3 à 6 fruits. Il s'agit ni plus ni moins du plus gros fruit comestible cultivé en Amérique du Nord.

Des fruits ont été introduits en Europe dès 1736 mais n'ont jamais rencontré le succès escompté. Si l'asimine connait un léger regain d'intérêt aux États-Unis, il était tombé dans l'oubli depuis le début du XXème siècle. Pourtant, ce fruit a des qualités gustatives indéniables. Sa chair est orange pâle à maturité et son goût est un mélange de mangue et de banane. On l'appelle d'ailleurs "banane du pauvre". Sa texture est très grasse, et rappelle celle d'un avocat bien mur. Chaque fruit contient 5 à 7 graines de 2 à 3 cm de long.

L'Asimina triloba est capable de produire des fruits dès qu'il atteint l'âge de 5 à 7 ans. Seul bémol, un sujet planté en isolé ne produira jamais de fruits car la pollinisation croisée est indispensable. L'idéal est d'en planter 3 (génétiquement différents) dans le même périmètre.

Il forme un arbuste très ramifié de 4 à 6 m en tous sens et atteint parfois 8 à 10 m de haut, surtout dans son pays d'origine. Il apprécie une situation mi-ombragée mais supporte très bien le plein soleil. Le sol doit être frais à humide avec néanmoins un minimum de drainage.

Aucune taille n'est nécessaire surtout si l'on veut conserver le beau port arrondi de l'arbuste.

Il est possible de voir de beaux sujets d'A. triloba au parc du Grand-Blottereau (Nantes), au Jardin des Plantes de Paris ainsi qu'au jardin botanique de Lyon (parc de la Tête d'Or).

Asimina triloba est disponible à la vente chez de nombreux pépinièristes comme végétal 85, on peut dire que c'est un arbuste à la mode en ce moment.


16 septembre 2016 - Arboretum Wespelaar (Belgique)


155 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page