Magnolia laevifolia et autres magnolias arbustifs

Mis à jour : mars 15



La première image qui nous vient à l'esprit lorsqu'on entend le mot magnolia, est celle d'un petit arbre à la floraison spectaculaire, sur le bois nu, qui symbolise le début du printemps. Avec plus de 320 espèces dans le monde, c'est un genre bien plus riche et diversifié qu'on ne l'imagine. On en trouve principalement dans le sud-est de l'Asie, l'Amérique du Nord et plus étonnant, en Amérique du Sud. Mon approche étant celle d'un jardinier ayant un penchant pour les arbustes, je dirais qu' une espèce sort clairement du lot : Magnolia laevifolia.


Originaire du Sud de la Chine (provinces du Guizhou, Sichuan et Yunnan), elle pousse dans des bosquets et des forêts de montagne, entre 1100 et 2300 m d'altitude. Son introduction en Europe est relativement récente. Il faut remercier le néo-zélandais Tom Hudson qui a été le premier à l'acclimater dans son magnifique jardin anglais (Tregrehan, Cornwall) au milieu des années 1990.

Pour mieux comprendre cette espèce, on peut faire référence à l'un de ses anciens noms : "Michelia yunnanensis". En 2004, les spécialistes de la Magnolia Society dont Richard B. Figlar, ont décidé d'abandonner l'utilisation des genres Michelia, Manglietia, Parakmeria (...) pour ne garder que le seul et unique genre Magnolia. Malgré cette fusion, les michélias restent des arbres et arbustes à part entière. On les différencie à leur floraison axillaire, leur feuillage persistant, ainsi qu’à leurs follicules libres (apocarpes : non soudés entre eux). Ainsi on parle désormais de la section Michelia qui elle même compte 3 sous-sections (dont celle des Michelia) qui compte 51 espèces. Sacrés botanistes! Ils ont voulu simplifier et finalement ils ont tout compliqué...


Mais revenons à notre Magnolia laevifolia, qui dispose de nombreux atouts. Tout d'abord ses feuilles persistantes, qui mesurent 4 à 10 cm de long, sont d'un vert sombre sur la face supérieure, plus pâle sur la face inférieure, plus ou moins recouverte d'une pubescence couleur rouille. Leur texture se rapproche de celle du cuir et leur épaisseur varie selon les clones.

Dès la fin de l'été, les boutons floraux sont déjà bien formés. Ils sont recouverts d'un épais duvet de couleur rouille qui constitue un élément décoratif non négligeable en automne/hiver. Vient ensuite le clou du spectacle, entre mars et mai : une multitude de fleurs blanches apparaissent, dont le puissant parfum rappelle celui d'une lessive au citron. C'est un véritable vent de fraicheur acidulé qui vous attire vers cet arbuste surprenant. Pour ceux qui ont récemment perdu l'odorat, mieux vaut se rapprocher le plus possible..Les fleurs sont composées de 6 à 12 tépales blanc crème et mesurent de 4 à 6 cm de diamètre lorsqu'elles sont pleinement ouvertes. Comme tous les membres de la sous-section Michelia, les fleurs se forment à l'aisselle des feuilles, seules ou par 2. Il est possible que d'autres micro floraisons apparaissent plus tard en été et automne.


En cas de fécondation réussie, réalisée par des coléoptères, les fruits arrivent à maturité en fin d'été-début d'automne. Chez les magnolias, ils sont composés de follicules : "capsule qui s'ouvre par une seule fente et qui dérive d'un seul carpelle libre". Chez Magnolia laevifolia, les fruits portent entre 5 et 9 follicules de couleur rougeâtre et chacun renferme une à deux graines recouvertes d'un tégument orange vif (pour info, il est nécessaire d'enlever cette cire colorée avant d'effectuer le semis).

Caerhays Castle, Cornwall.


Arbuste de taille moyenne, Magnolia laevifolia atteint 2 à 4 m de haut, avec un port variable selon les clones. Il supporte tous types d'expositions mais il est préférable de le planter en plein soleil, surtout en climat océanique. À Nantes, plusieurs sujets ont été plantés dans des contextes différents et ceux qui sont situés en plein soleil sont de loin les plus vigoureux et les plus florifères. Surtout que c'est une espèce qui résiste très bien aux longues périodes de sécheresse, à condition que le sol ne soit pas trop drainant et qu'il soit suffisamment riche en humus. Sa résistance au gel est bonne, jusqu'à -12°C sans problème, voire un peu moins en situation bien protégée.

Probablement l'un des plus vieux sujet en Beau sujet au port buissonnant (Tregrehan).

Europe (Tregrehan, Cornwall).


Spécimen palissé contre un mur à Tregrehan (Cornwall).



'Guillemineau' : nommé en l’honneur de Loïc Guillemineau, jardinier de l'Arboretum Cimetière Parc de Nantes pendant 36 ans. Planté en 2009 sous le nom fantaisiste de Michelia picotea et identifié comme étant un cultivar de Magnolia laevifolia en 2013. Feuilles très épaisses (texture peau de serpent) à l’apex arrondi, grandes fleurs au parfum de citron, en avril-mai. Petit développement, port étalé, croissance lente.

Arboretum Cimetière Parc de Nantes.



Autres magnolias arbustifs :


Magnolia Fairy Cream® ('MicJur02')


Hybridation : M. laevifolia 'Velvet & Cream' x M. x foggii 'Mixed Up Miss'.

Origine historique : obtenu par Mark Jury, Nouvelle Zélande en 1999.

Arboretum Cimetière Parc de Nantes.


Grandes fleurs blanc crème très parfumées (banane, fruits exotiques) en avril-mai, pendant environ 8 semaines. Il apprécie le plein soleil à Nantes. En sol frais, il supporte bien les périodes de sécheresses estivales. D’après la famille Jury, il peut atteindre 4 m de haut pour 3 m de large en 12 ans. Sa croissance est relativement vigoureuse une fois bien installé. Il peut également être utilisé en haie taillée. Le meilleur clone de la série, à planter sans modération!


Magnolia Fairy Blush® ('Micjur01')


Hybridation : M. laevifolia x M. x foggii 'Mixed Up Miss'.

Origine historique : obtenu par Mark Jury, Nouvelle Zélande en 2001.

Magnifique floraison blanche plus ou moins teintée de rose pourpre, principalement sur l’extérieur des tépales. Ses fleurs sont délicatement parfumées, moins puissant que Fairy White®. Il semble peu vigoureux pour l’instant mais le spécimen de l’Arboretum Cimetière Parc de Nantes est planté à mi-ombre. Les sujets plantés au soleil sont plus poussant et plus florifères. D’après la famille Jury, en conditions idéales, il peut atteindre 4 m de haut pour 3 m de large en 10 ans. Chez un sujet mature, la floraison dure plus de 10 semaines (en Nouvel-le-Zélande), un peu moins chez nous. Il peut aussi être utilisé en haie taillée.

Arboretum Cimetière Parc de Nantes.



Expérimentations de la sous-section Michelia à Nantes (domaine public) :

Michelia SEVE Nantes
.pdf
Download PDF • 40.79MB











130 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout