top of page
  • Photo du rédacteurJames

Neolitsea sericea (Blume) Koidz. - Lauraceae

Le Genre Neolitsea comprend plus de 80 espèces, principalement en Asie tropicale. Comme de nombreux membres des Lauraceae, les Neolitsea ont des feuilles persistantes, aromatiques, colorées au débourrement, ainsi qu'une floraison dioïque.

Seules deux espèces sont capables de pousser en France, Neolitsea aciculata, mais surtout, Neolitsea sericea, originaire du Japon, Corée et Taïwan, dont le jeune feuillage est le principal intérêt ornemental en avril-mai.

Neolitsea aciculata
Neolitsea aciculata

Ce début de printemps nous offre une multitude de jeunes feuillages aux couleurs variées, parfois intenses, comme Aesculus x negleta 'Erythroblastos', Acer pseudoplatanus 'Brilliantissimum' ou encore Toona sinensis 'Flamingo'.

Les jeunes feuilles de Neolitsea sericea, sont certes moins spectaculaires, mais tout aussi décoratives. Le débourrement est variable selon les années et les régions, mais les premières feuilles apparaissent généralement à la mi-avril.

Les feuilles sont alternes, d'abord marron clair et très duveteuses. Elles contrastent très nettement avec le feuillage vert persistant. Progressivement, elles vont prendre une belle teinte rougeâtre, puis vert pomme et enfin, leur aspect définitif : vert foncé, glabre à l'avers, et recouvertes d'un duvet blanc argenté au revers. Comme toutes les Lauraceae, les feuilles sont fortement aromatiques lorsqu'on les froisse.

Il faudra attendre le mois d'octobre pour voir apparaitre les fleurs, réunies en ombelles à l'aisselle des feuilles, sur les pousses de l'année. Elles sont de couleur jaune pâle et sont plutôt discrètes, visibles surtout de près.

Nolitsea aciculata
Fleur de Nolitsea sericea

Il s'agit d'un arbuste dioïque, les pieds sont donc soit mâle, soit femelle, et les deux sont nécessaires pour obtenir des fruits.

Neolitsea sericea est considéré comme rare en culture, mais ce qui est encore plus rare, c'est de voir des pieds mâles et femelles plantés dans le même périmètre. Cette configuration existe au jardin des plantes de Nantes où l'on peut voir des pieds femelle fructifier.

Les fruits sont des baies rouge vif qui commencent à se former en décembre-janvier, ils ne seront mûrs qu'à la fin de l'année, en octobre-novembre, et persistent jusqu'en janvier. Ainsi, la fructification s'étale sur un an. À maturité, ils ressemblent fortement à des fruits de caféier (Rubiaceae).

Neolitsea sericea est un arbuste de grand développement, il peut atteindre 7 à 8 m de hauteur. Celui de l'Arboretum Hillier a atteint 7 m en 50 ans. Son port étant arborescent, il est envisageable de mettre en valeur son ou ses tronc(s) en supprimant ses branches basses. Cette intervention se justifie d'autant plus car son écorce prend une belle teinte marron avec l'âge.

Il apprécie un sol acide à neutre, frais, profond et bien drainé, ainsi qu'une exposition ensoleillée ou mi-ombragée. Sa rusticité n'est pas exceptionnelle, elle se situe entre -10 et 12°C. Pour ne pas prendre de risque, il est conseillé de l'abriter des vents froids.

Dans la même famille, on retrouve, entre autres, les genres Lindera, Cinnamomum (cannelier, camphrier), Laurus (laurier sauce), Litsea, Persea (avocatier), Sassafras et Umbellularia.

105 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page