top of page

Culture hors sol : Retour d'expérience d'adhérents Arbusticulteurs

Un article rédigé par deux arbusticulteurs passionnés Laure Rogeau et Daniel Gérard et basé sur leurs observations et échanges techniques avec les pépinières Drappier, et les expériences vécues par Laure, au sein de sa pépinière ReMarcq’Arbres.

Culture Hors-sol : Arbustes et gros sujets s’installent dans un nouveau conditionnement

De longue date, les végétaux cultivés hors sol en pépinière le sont majoritairement en conteneurs, un support de culture qui s’est amplement développé, jusqu’à s’imposer chez les producteurs européens, depuis les années 50. On a trouvé par ailleurs, des preuves de culture hors sol datant de l’antiquité.

L’élevage de végétaux en conteneur présente des avantages incontestables par rapport à la culture en pleine terre.

Les conteneurs sont aisés à manutentionner, et la réorganisation des planches de culture, est facilitée. Ils permettent une plantation des végétaux, toute l’année.

Il n’en demeure pas moins un certain nombre d’inconvénients. Leur usage impose une vigilance particulière, après plantation, notamment en termes d’arrosage, à réaliser sur la motte elle-même, jusqu’à l’exploration du sol environnant, par les racines.

air-pot (marque déposée)
comme par exemple ce conditionnement développé outre-manche : L’Air-pot®

Nous pouvons légitimement afficher une certaine réserve quant à l’efficience de nouveaux concepts comme celui-ci. Mais dans ce cas précis, deux paramètres très importants sont à prendre en compte :

  • Ce produit n’est pas si nouveau. Les premières générations ont vu le jour en 1990. Le contenant a été amélioré au fil des gammes jusqu’à celui que nous connaissons aujourd’hui.

  • Nous bénéficions d’un certain nombre de retours d’expériences de pépiniéristes ayant choisi ce support de culture depuis quelques années déjà.

Le concept

L’argument écologique est de mise, et la firme met bien en avant le choix du plastique (Polyéthylène Haute Densité) recyclé, pour manufacturer leur produit phare.

L’air-pot® contrairement à un conteneur classique se présente sous la forme d’une plaque qu’il conviendra d’assembler avec son fond[1].

Il présente un relief très particulier constitué de protubérances coniques percées. Ces cônes tapissent l’intérieur et l’extérieur de la plaque. Ce relief s’oppose naturellement au phénomène du chignonage en conteneur.

Le concept repose sur un principe biologique simple : les racines en croissance au contact de l’air lorsqu’elles progressent dans l’un des cônes précités vont voir leur extrémité se déshydrater, et se nécroser. S’en suivra naturellement une ramification importante de chacune des racines concernées.


On peut constater rapidement le développement d’un système racinaire sain, et dense. Photo : Pépinières ReMarcq’Arbres

Le corollaire de ce phénomène, se traduit par l’obtention, après un an de culture d’un système racinaire de très bonne qualité, extrêmement ramifié, et, comme mentionné plus haut, totalement exempt de chignonage.

Même en rempotant les végétaux régulièrement dans des Air-pots de plus en plus grand, il demeure un risque d’établissement contrarié du système racinaire après plantation. Ce risque qui concerne tous les contenants, se trouve sensiblement atténué ici.

L’Air-pot®, un « super conteneur »

Les avantages du conteneur, déjà connus, se voient étendus, et applicables à la culture de gros sujets, comme en témoignent les pépinières Drappier, adeptes de ce conditionnement, pour la culture de leurs arbres, depuis quelques années déjà.

Mais la supériorité de l’Air-pot® ne se limite pas à la culture possible de très gros arbres. Elle permet aussi une plantation des arbres en question, même en pleine végétation.


L’Air-pot® a séduit certains producteurs de gros sujets, qui jusqu’ici travaillaient exclusivement en pleine terre, avec les dommages causés aux racines, lors de l’arrachage des végétaux, et ce, malgré les cernages, et contre plantations réalisés. Photo : Pépinières Drappier

Il est désormais envisageable de planter des arbres d’alignement, en plein été, pourvu qu’ils bénéficient de ce conditionnement, et, bien entendu, qu’ils fassent l’objet de toutes les attentions requises, en termes de parachèvement. L’arrosage, en particulier doit être suivi de près pendant les 3 à 4 premières années après plantation, comme pour n’importe quel gros sujet.

La manutention des arbres ainsi conditionnés est aisée (chariot élévateur), et la reprise bien meilleure que pour des végétaux plantés en motte.

L’Air-pot® est proposé dans un format maximum de 1 m de haut, en rouleaux de 60 m. L’élevage de très gros sujets, peut nécessiter des contenants considérablement volumineux. Ce qui compte ici, c’est le volume de substrat exploité par les racines, dans les premiers décimètres de profondeur, et même pour de très gros sujets, les 100 cm de profondeur proposés sont amplement suffisants.

Comme pour les conteneurs, il est facile de contrôler les différents paramètres de culture, comme la nature du substrat employé, l’arrosage, la fertilisation, la culture sous ombrière, etc. L’arrosage devra en revanche être parfaitement maitrisé, de manière à compenser l’aération extrême du contenant. Ainsi, l’irrigation par goutte-à-goutte représente une réponse tout à fait adaptée à cette question.


Le nombre de goutteurs, et leur débit (1 ou 3 litres/heure) seront proportionnels au volume de l’Air-pot®. Photo : Pépinières ReMarcq’Arbres

La firme anglaise annonce des résultats reposant sur des études indépendantes, absolument spectaculaires. Des gains de croissance de 60 %, par rapport à de la culture de plein champ, sont énoncés.

Les pépiniéristes utilisateurs que nous côtoyons (Drappier, ReMarcq’Arbres) revendiquent plus vraisemblablement un gain de croissance, de l’ordre de 20 à 30 %, par rapport aux mêmes végétaux cultivés en pleine terre, ou en conteneurs, ce qui n’est néanmoins pas négligeable. L’écart en termes de développement est aussi bien constaté chez les arbustes, que chez les arbres. Cette plus-value intéressera le pépiniériste, et non le destinataire des végétaux en question.

Pour autant, il n’est ici en aucun cas question de forçage, et les végétaux ainsi cultivés ne présentent pas de fragilités particulières par rapport à leurs homologues cultivés en conteneur.

Les deux Magnolia x ‘Genie’ présentés ici ont été rempotés, dans un substrat identique, dès leur arrivée dans la pépinière. Le gain de croissance après 8 mois de culture seulement, est évident, pour le plant rempoté en Air-pot®. Notons néanmoins le volume du conteneur, inférieur à celui de l’Air-pot®. Photo : Pépinières ReMarcq’Arbres

La plus-value sur le développement des arbres et arbustes ainsi cultivés, n’est pas effective que pendant la phase de production. Le déploiement d’un système racinaire particulièrement bien formé, sain et ramifié, garanti une croissance de la plante, sensiblement améliorée.

Un contenant qui peut paraitre onéreux, mais…

Pour un volume égal, un contenant Air-pot® est facturé sensiblement plus cher que son équivalent en simple conteneur.

Mais l’Air-pot® est résistant aux UV, et dans la pratique, il est récupéré par le pépiniériste, au moment de la vente. Concrètement, il suffit de retirer les vis qui maintiennent la plaque en forme de pot, et de remiser la plaque, en attendant sa nouvelle utilisation.

Ce dernier est alors réemployable jusqu’à 4 à 5 ans selon le fabriquant.

Conclusion

Nous sommes aujourd’hui convaincus de l’intérêt, tant pour le producteur/éleveur de végétaux, que pour le destinataire de végétaux, de leur culture en Air-pot®.

Le bénéfice inhérent au dispositif, est sans aucun doute exagéré, dans la présentation commerciale du produit, par la marque (https://air-pot.com).

Cependant notre regard sur les résultats obtenus par les pépiniéristes de notre entourage, nous conduisent à plébisciter sans retenue l’emploi de ce contenant, qui, s’il n’est pas nouveau, est néanmoins innovant.

La nécessité de ne pas vendre le contenant avec la plante, explique sans doute son absence des circuits de grande distribution de végétaux. On ne trouve pas de végétaux cultivés en Air-pot®, chez les grossistes comme Willaert, ou Fleur.

Ce dispositif qualitatif, s’adressera à une clientèle exigeante, soucieuse de recevoir des végétaux correctement développés, tant au niveau de leur appareil végétatif, que de leur système racinaire.

Il n’en demeure pas moins que proposer un arbre/arbuste de qualité, signifie aussi avoir prodigué tous les soins adaptés à ce végétal, pendant son élevage, avec un point d’attention sur la taille de formation. La culture en Air-pot®, n’exempte pas de ce travail.


Laure Rogeau

Daniel Gérard

 

[1] Le fond est disponible pour les air-Pots d’une contenance de 1 à 38 litres. Au-delà de ce volume, on n’utilise pas de fond, sous les air-pots.

263 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 comentario


Bonjour. Dans cet article, les retours restent sur le temps de l'élevage en pépinière. Des retours d'expérience post-plantation sur plusieurs années sont-ils disponibles?

Me gusta
bottom of page